Le zona

Publication : mardi 4 mars 2014

Vous souvenez-vous de cette varicelle qui vous avait causé beaucoup de démangeaisons? Vous pensiez en être complètement débarrassé. Cependant, vous n'avez pas éliminé tous les virus. Certains sont restés tapis dans vos ganglions nerveux. Tant que votre système immunitaire les garde sous contrôle, pas de problème mais une baisse de votre immunité (due à l'âge, à un stress ou à des maladies comme le SIDA ou un cancer) peut causer une réactivation du virus.

Le virus en question est le virus varicelle-zona ou VZV (Varicella Zoster Virus), il appartient à la famille des herpes virus.

La maladie

C'est donc à partir d'un ou de plusieurs ganglions nerveux que le virus va se réactiver. De là, il remonte via les fibres nerveuses jusqu'à la peau (et parfois certaines muqueuses en fonction des nerfs touchés) et provoque une éruption comme celle de la varicelle avec l'apparition de vésicules disposées en grappe.

Les premiers symptômes se caractérisent par une sensibilité accrue sur une zone de peau, une sensation de brûlure ou des picotements. Après un à trois jours une rougeur diffuse apparait sur la zone puis les vésicules rouges font irruption.virus zona

Comme pour la varicelle, le zona évolue par poussées successives mais uniquement à un niveau local sur le trajet des nerfs qui ont été infectés.

Le zona touche le plus souvent le thorax, mais il peut également se manifester sur le dos, les fesses, un bras, une jambe et, parfois, sur le visage et sur le cuir chevelu.

A chaque poussée, des vésicules se remplissant de liquide vont apparaitre, elles évolueront en pustules puis en croutes sur des placards de couleur rougeâtre. Des lésions d'âges différents vont donc coexister en provoquant des démangeaisons. Les croutes tomberont après une semaine. Notez que dans certains cas, une fièvre et des maux de têtes peuvent aussi apparaitre.

Contrairement à la varicelle où les démangeaisons prédominent, le zona se caractérise par des douleurs pouvant être très importantes dans les régions touchées. Ces douleurs présentent dans 60 à 90% des cas sont d'intensité et de durée variables. Elles sont décrites comme des sensations de brûlures, de décharge électriques ou d'élancement aigus. Malheureusement, les douleurs peuvent persister après la guérison.

Même sans traitement, les lésions de la peau finiront par disparaitre après trois semaines. En général, une seule crise de zona survient mais le corps ne peut pas s'immuniser contre une réapparition du virus; il y aura donc récidive chez 1% des personnes atteintes une première fois par la maladie.

Statistiquement, 90% de la population est porteuse du virus VZV suite à une varicelle et 20% des porteurs développeront un jour un zona.

Les complications possibles

Le zona peut malheureusement entrainer des complications. La plus fréquente est la névralgie post-zona. Les personnes qui en souffrent disent qu’elles ressentent de véritables « décharges électriques ». La chaleur, le froid, voire le simple frottement d’un vêtement sur la peau ou le souffle du vent peuvent devenir insupportables. La douleur peut durer des semaines ou des mois. Parfois, elle ne cesse jamais. Ces douleurs seront plus fréquentes avec l'âge, elles pourraient être causées par des fibres nerveuses endommagées envoyant des messages de douleur vers le cerveau.

Certains zonas en fonction de leur localisation peuvent causer d'autres lésions (troubles oculaires, perte d'acuité visuelle ou cécité dans les zonas ophtalmiques, paralysie faciale dans les zonas otitiques, méningite non infectieuse, encéphalite).

Les personnes à risque

 

La contagion

lav mainsLe zona ne se transmet pas mais les vésicules et les croutes sont contagieuses. Elles contiennent le virus VZV pouvant infecter les personnes n'ayant pas fait la varicelle. Comme le virus pénètre par les muqueuses, une main contaminée en contact avec les yeux, la bouche ou le nez peut donc suffire à transmettre la varicelle.

Il est donc recommandé d'éviter le contact physique avec les vésicules et le liquide qui peut s'en écouler. La désinfection des mains est aussi importante.

Chez certaines personnes, une varicelle peut être plus dangereuse: il faut donc éloigner les femmes enceintes, les nouveau-nés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Le traitement

Consulter votre médecin dès l’apparition des premiers symptômes du zona. Plus le traitement est précoce, meilleure est son efficacité.

Le traitement classique du zona est avant tout symptomatique.

Des antiseptiques seront appliqués au niveau des lésions pour éviter une surinfection bactérienne.
La douleur sera traitée avec des antalgiques adaptés à l'intensité douloureuse.

Si nécessaire, un médicament réduisant les démangeaisons sera donné pour éviter un risque de cicatrices ou de surinfection par grattage.

Dans certains cas, un traitement antiviral sera instauré dans les cas pour lesquels des complications sont à craindre:

 

Les antiviraux accélèrent la guérison, réduisent la douleur aiguë et limitent l’apparition ou la durée des névralgies post-zona s’ils sont pris dans les trois premiers jours suivant l’éruption cutanée.

Les douleurs post-zona peuvent également être traitées par des médicaments (exemple : l'amitriptyline, la gabapentine, la carbamazepine), par neurostimulation ou par injection de corticoïdes.

dermato   varicelle   zona